Les partenariats communes / provinces

Avec Thio et la province Sud en 2008, puis avec Poya, Koumac et la province Nord en 2011, et enfin avec Kouaoua, en 2013 : la SLN signera un 4ème partenariat tripartite et continuera d'accompagner les communes pour leurs équipements structurants.
houa.jpg D'une durée de trois ans, ces conventions ont pour objectif de participer et de soutenir les programmes d'investissements dans les communes où la SLN est installée: opérations d'équipements publics (ponts, forages et captages d'eau, etc…), lotissements d'habitation, accompagnement culturel, réfection de portions de routes municipales, projets environnementaux (équipements d'écoles en panneaux solaires, travaux de curage de rivières, etc…). La société apporte 1/3 du programme total d'investissement, les deux autres tiers étant financés par les autres partenaires. Pour l'industriel, le budget annuel pour ces programmes atteint 400 millions CFP.
Inauguration du pont menant à la tribu de Kouaré à Thio, opération du contrat de partenariat qui lie la commune, la province Sud et la SLN depuis 2008
Dans tous ces villages de brousse, l'enracinement de la SLN est fort et on y observe une interaction directe au quotidien avec les populations. En plus des retombées économiques du fait des emplois directs et indirects générés par la SLN, ces partenariats traduisent la contribution à un développement économique et social local, équilibré, dans le respect de la diversité calédonienne.
C'est un des engagements du projet d'entreprise de la SLN en soutien au développement durable de chacune de ces communes.
La participation SLN au titre de ces conventions tripartites intervient en complément de ses versements au titre de la délibération 104 destinés à financer les travaux de réhabilitation de sites dans les communes minières.
Après Thio, Poya et Koumac, une convention sera signée en 2013 avec Kouaoua et une réflexion est engagée sur d'autres partenariats notamment avec la commune de Houailou. 
1.jpg
Délibération 104
Société responsable et citoyenne, la SLN ne manque pas de doter les communes où elle intervient dans le cadre de la Délibération 104.


La SLN s'inscrit dans la Délibération 104

Le paysage calédonien comprend de nombreuses blessures d'un passé minier peu ou pas réglementé en terme d'environnement ou de réhabilitation de sites. La « délibération 104 » adoptée le 20 avril 1989, fait franchir un cap décisif à l'industrie minière calédonienne, déjà fédérée sur ce thème depuis 1975, d'agir en faveur de l'environnement. Elle donne la possibilité aux entreprises de réparer les dégâts environnementaux antérieurs à 1975 en versant une fraction de leur impôt sur les bénéfices, aux communes concernées.
En début d'année, chaque municipalité peut présenter un ou plusieurs projets et solliciter les sociétés actives sur son territoire pour une contribution à son fonds communal de réhabilitation. Cette action concerne les sites anciens.

Dans ce cadre, la SLN a versé plus de 2,870 milliards CFP aux communes minières, dont 1,727 milliard CFP aux communes minières de la province Nord.

MAINTENANCE "ENVIRONNEMENTALE" DES ANCIENNES MINES
2.jpg


La SLN procède à la sécurisation de ses anciens sites miniers exploités après 1975 et actuellement en stand-by avant une reprise d'activité (travaux de recherche ou sondages).


La maintenance environnementale se traduit par la sécurisation et l'aménagement des objets sensibles (ravines, arrachement, pistes …) impactant le milieu environnant.