Fréquence Nickel N°50 - page 22-23

RESPONSABILITÉ
SOCIÉTALE D’ENTREPRISE :
UNE AMBITION RENFORCÉE
Dans le cadre de son programme de transformation, l’entreprise se dote
d’une ambition renouvelée en matière de responsabilité sociétale (RSE), levier
de performance et d’ancrage citoyen dans la société. Focus sur les enjeux
et actions prioritaires avec Catherine Tissot-Colle, Directeur Groupe
Communication et Développement durable, Michel Carnec, Directeur des
Ressources humaines Groupe, et Jean de l’Hermite, Directeur juridique Groupe.
Comment se matérialisent les nouvelles
ambitions du Groupe en matière de RSE ?
Catherine Tissot-Colle :
Nous ne partons pas
de rien ! Il existait déjà un corpus de chartes
et de politiques relatives à la sécurité, à la santé
et au développement durable au sein du Groupe.
Ce qui est nouveau, c’est la définition d’une
feuille de route RSE avec des objectifs chiffrés
pour la période 2018/2020.
Michel Carnec :
La présente feuille de
route comporte
quatre piliers : people
– environnement et énergie – produits –
éthique et gouvernance.
Un plan quantifié
à trois ans a été présenté au Conseil
d’administration, assorti d’indicateurs pour nous
permettre de suivre notre progression dans
chacun de ces domaines. Cette feuille de route
doit être déclinée au niveau des équipes des
branches et des sites.
Jean de L’Hermite :
Le Conseil d’administration
lui-même a évolué en 2017 afin d’intégrer
pleinement cette impulsion. Ainsi, le comité
stratégique d’ERAMET devient le comité Stratégie
et RSE. Le comité d’audit est devenu le comité
Audit, Risques et Éthique. La RSE est donc prise
en compte au plus haut niveau du Groupe.
Quels sont les enjeux de la RSE aujourd’hui ?
Catherine Tissot-Colle :
Le sujet devient
incontournable, un prérequis pour une
entreprise industrielle comme la nôtre.
En 2017, nous avons actualisé notre
cartographie des risques, qui fait apparaître une
quinzaine de risques majeurs pour le Groupe,
dont certains directement liés à la RSE, qu’il
s’agisse d’accidents environnementaux,
de sécurité, de renforcement réglementaire, etc.
Jean de L’Hermite :
Si la RSE a toujours
été un sujet important pour les entreprises
cotées, elle tend vers une traduction juridique
qui n’existait pas autant voici quelques années.
Une évolution de fond qui s’explique notamment
par un ensemble de nouvelles normes nationales
et européennes qui créent des obligations
spécifiques en la matière. Cela concerne toutes
les fonctions support du Groupe et ses filiales,
en France comme à l’international. Au sein de la
Direction juridique, la conformité est une fonction
appelée à se développer.
Quelles actions prévoyez-vous dans le cadre
de cette feuille de route?
Michel Carnec :
Concernant le pilier people, nous
avons défini quatre priorités pour les mois à venir :
la santé et la sécurité, les talents, la qualité de vie
au travail et la diversité. Nous nous sommes fixé
des objectifs ambitieux en matière de sécurité,
alors que nos résultats ne sont pas satisfaisants
comparés à ceux des meilleurs acteurs de notre
secteur. D’ici 2020, nous souhaitons atteindre un
taux de fréquence d’accidents du travail (TF2)
inférieur à six (contre 11 environ aujourd’hui),
sachant qu’il est de quatre en moyenne dans les
entreprises les plus avancées. C’est la raison pour
laquelle nous avons déjà formé quelque 1500
managers aux fondamentaux de la sécurité et
aux interactions sécurité. En matière de talents
et de développement personnel, nous voulons
par exemple que 85% de nos salariés aient accès
à une formation dans l’année contre environ les
deux tiers aujourd’hui.
Catherine Tissot-Colle :
En 2018, nous allons
prioritairement cibler la maîtrise de nos risques
industriels et environnementaux en instaurant
un système plus performant de détection et
6
de traitement des situations à risques sur nos
sites. Nous allons aussi réaliser un travail de
benchmark de notre situation en matière de
rejets de poussières, variable selon l’ancienneté
des sites, ce qui va nous permettre de fixer des
objectifs d’amélioration de notre impact. Et,
afin que les mêmes règles s’appliquent partout,
nous engageons un travail de formalisation des
processus RSE dans les projets, par exemple la
construction d’une nouvelle usine, d’un atelier, afin
que nos exigences en la matière soient respectées à
chaque étape (conception, construction, ramp-up…).
Jean de L’Hermite :
La Direction juridique
s’assure en particulier de la bonne interprétation
des nouveaux textes, à l’image des lois votées
en France, « Sapin 2 » ou « Devoir de vigilance ».
La première vise deux délits, la corruption et
le trafic d’influence ; la deuxième fixe l’obligation
de mettre en place des programmes de
surveillance des principes RSE (respect des
droits de l’homme, de l’environnement…) par
nos entités, nos fournisseurs… La responsabilité
de l’application de ces textes repose sur
l’ensemble des managers du Groupe, au siège
comme dans les filiales.
La RSE est-elle une contrainte
ou une opportunité ?
Jean de L’Hermite :
Les obligations formelles
associées à ces nouvelles lois doivent être
comprises comme des leviers de performance.
Il faut les voir comme des contraintes positives.
Catherine Tissot-Colle :
Nous inscrire dans
une logique citoyenne peut nous conférer
de réels avantages compétitifs. C’est un
investissement positif sur le long terme.
C’est vrai en particulier des produits innovants,
par exemple des alliages plus légers, que
nous mettons au point. Ils créent de la valeur,
contribuent à la transition écologique et aux
nouveaux outils de mobilité, et s’inscrivent,
ce faisant, dans une orientation favorable
au développement durable.
Michel Carnec :
La RSE est aussi un atout
pour développer le sentiment d’appartenance,
notre marque employeur, et attirer les talents.
Nous allons passer à l’offensive sur tous
ces sujets.
« S’inscrire dans
une logique citoyenne
est un investissement
positif à long terme. »
Catherine Tissot-Colle,
Directeur Groupe Communication
et Développement durable
« Il ne s’agit pas juste de cocher des cases !
La responsabilité sociétale d’entreprise
fait partie intégrante de nos facteurs clés
de succès. »
Jean de l’Hermite,
Directeur juridique Groupe
« La RSE est un atout
pour développer le sentiment
d’appartenance et attirer
les talents. »
Michel Carnec,
Directeur des Ressources humaines Groupe
7
22
23
1...,2-3,4-5,6-7,8-9,10-11,12-13,14-15,16-17,18-19,20-21 24-25,26-27,28-29,30-31,32-33,34-35,36-37,38-39,40
Powered by FlippingBook