Tiébaghi

Tiébaghi : une gestion durable moderne
Dernier-né des centres miniers de la SLN, le centre de Tiébaghi, proche du village de Koumac, emploie 260 personnes, et plus du double avec les emplois indirects et induits. Il a bénéficié de l’expérience de la SLN et d’ERAMET pour l’installation d’une seconde laverie après celle de Népoui. Elle permet de concentrer le minerai, extrait à 1,6 %, jusqu'à une teneur de 2,5 %. Tiébaghi dispose d’un convoyeur en mer long de 1,8 km dont 1,3 km sur la mer. Cette installation permet à la fois de préserver les récifs frangeants, mais aussi d’optimiser la marche du site. Exploitation durable : 850 ha de parcs de protection de la biodiversité, créés par la SLN, font un écrin au centre minier. C’est l’exemple de mine du futur, inscrit dans le cadre d’une politique de développement durable.

La vente de coproduits de la laverie de Tiébaghi ne cesse d'augmenter. En exploitant responsable, la SLN tend à valoriser au maximum tout ce qui est extrait de la mine et tous les coproduits générés par la laverie.
24.jpg
 
Du chrome au nickel : 138 ans d’histoire
Le massif de Tiébaghi (9 700 ha) et son vieux village minier sont célèbres depuis 1875 grâce à l’extraction du cobalt en petites galeries et, plus tard, pour l’exploitation du chrome. Le vieux village peut être visité.
En 1965, on découvre, sous une épaisse cuirasse de roche, des gisements de nickel. Après études des ressources, une trentaine de salariés de la SLN y ouvrent, en 1997, un centre qui préfigurera la mine du futur. En 2001, en collaboration avec le Centre de Recherche et de Développement de Trappes du Groupe ERAMET, la SLN lance un ambitieux programme de près de 34 milliards CFP, l’investissement le plus lourd réalisé depuis vingt-cinq ans !
Près de la moitié du budget est attribué à la préparation de cette mine ainsi qu’à une Unité de Traitement du Minerai (UTM), une laverie inspirée de celle de Népoui-Kopéto, le reste allant à la construction d’un bord de mer mécanisé avec un convoyeur de 1,8 km (dont les 2/3 sur mer) et l’augmentation de capacité de la mine (Ateliers et Engins Mobiles).
La mise en service du chargement en mer est effective depuis mi-2005. Pour l’UTM, les chercheurs et les techniciens ont construit un véritable prototype. Chaque usine est en effet adaptée au type de minerai extrait de gisements différents. La particularité majeure de celle de Tiébaghi est que la taille des grains traités est beaucoup plus fine qu’à Népoui.
tiebaghi.jpg
Pour en savoir plus, téléchargez la brochure